Les Commandeurs veulent remettre les pendules à l’heure


Publié le 16 avril 2017

Martial Robert et Ari Cambouris ont été extrêmement déçus d’entendre de faux propos à l’égard de l’organisation des Commandeurs.

©Photo TC Media -Louis-Antoine Lemire

HOCKEY.Martial Robert, président des Commandeurs de Lévis midget AAA et Ari Cambouris, vice-président marketing et communication de l’organisation, se disent déçus et blessés des propos tenus récemment par un animateur de radio de Québec à l’égard de leur club. Selon eux, l’individu a profité de sa tribune pour mentionner des faussetés à ses auditeurs.

Ari Cambouris assume la facture de tous les outils servant à l’animation.

Dans son émission du 10 avril, l’animateur à NRJ 98,9 Stephan Dupont a, entre autres, rapporté que l’organisation des Commandeurs retarde le développement des joueurs pour des raisons qui sont difficiles à expliquer selon ce qu’il a appris. De plus, il a mentionné que le club lévisien est l’endroit où il en coûte le plus cher dans le midget AAA pour une saison. Également, M. Dupont a dit s’être fait rapporter qu’il y avait des dépenses inexplicables en ce qui concerne l’animation d’avant match qui existent uniquement à Lévis, qualifiant le tout de Disney on Ice. 

Dans un premier temps, Martial Robert a soutenu que les joueurs doivent payer 850 $ pour prendra part au camp printanier, au pré-camp et au camp de sélection. Selon lui, cette somme se compare aux autres formations du circuit. Il a ajouté que le montant comprend aussi une évaluation de la condition physique des joueurs. L’an dernier, un parent payait 7200 $ pour la saison de son enfant avec les Commandeurs. Le montant comprenait l’équipement, le transport, les séjours à l’hôtel et les frais de repas pour les matchs à l’étranger. «Nous ne sommes pas les plus chers contrairement à ce qui a été rapporté. Nous sommes dans le milieu de peloton en termes de frais», ont assuré les deux hommes.

La formation de la Rive-Sud fournit aussi un certain nombre de bâtons dans l’année aux hockeyeurs. Toutefois, si un joueur a des besoins supplémentaires, ce sera aux frais des parents. Pour ce qui est de jeunes qui sont en pension, le coût est de 6320 $ pour 10 mois. Au total, les six joueurs hébergés dans des familles déboursaient donc 13 520 $  chacun pour la balance de la campagne. Martial Robert a tenu à spécifier que 6320 $ revient aux gens qui accueillent les sportifs et non à l’organisation.

Situation isolée

Pour ce qui est du transport des joueurs, Martial Robert et Ari Cambouris ont reconnu qu’à une reprise, des joueurs se sont rendus à un match par leur propre moyen. «99,9 % des parents assistent aux joutes du camp de sélection pour voir si leur fils a une chance de se tailler une place. Nous pourrions les transporter lors des parties hors- concours, mais la facture serait refilée aux parents. À titre d’exemple, un voyage à Jonquière coûte 1300 $.»

Plaisir personnel

Finalement, Ari Cambouris a mentionné que c’est lui qui a assumé la facture de tous les outils servant à l’animation pendant les rencontres. «J’aime acheter des machines à lumières. Je n'ai jamais facturé les Commandeurs pour ce que je fais. Si je quitte le bateau un jour, je partirai avec mon matériel tout simplement», a-t-il assuré. En guise de conclusion, Martial Robert affirme que l’organisation met tout en œuvre pour que le coût pour les parents soit le plus bas possible et que seulement les entraîneurs reçoivent un salaire chez les Commandeurs. Il a ajouté du même souffle que l’organisation doit obligatoirement faire une  reddition de comptes chaque année.