Sections

Accusé d’agression sexuelle, il plaide l’arnaque


Publié le 14 juillet 2017

Le procès de Mario Despont se poursuit.

©Photo TC Media – Archives

JUSTICE. Mario Despont, un Lévisien de 50 ans, évoque l’arnaque d’immigration alors qu’il est accusé d’agression sexuelle, de voies de fait et d’agression armée sur sa conjointe. 

L’individu qui est passé devant le juge hier pour répondre des accusations portées contre lui.

Sa femme, une Marocaine rencontrée sur Internet en 2010, aurait subi de nombreux sévices depuis son arrivée au Canada, selon ce que rapporte différents médias de Québec.

Une fois au pays, en 2014, l’attitude de Despont envers elle aurait complètement changé. Il aurait frappé sa conjointe à plusieurs reprises et l’aurait forcée à avoir des relations sexuelles. Certains de ces actes auraient été commis dans le but de provoquer une fausse couche, selon ce qui a été rapporté.

Fraude

L’accusé a tout nié en bloc. Selon ce qui a été possible d’apprendre, il n’aurait jamais levé la main sur sa conjointe.

Mario Despont plaide plutôt que sa femme s’est servie de lui pour immigrer plus facilement au Canada dans le but de rejoindre une partie de sa famille. L’histoire du couple avait d’ailleurs fait la manchette en 2014 puisque les services canadiens d’immigration refusaient de délivrer un statut de résidente permanente à la conjointe de Despont. Les autorités craignaient un mariage d’accommodement.

Mario Despont a déjà été condamné pour dans des dossiers de violence conjugale en 2007 et en 2010.