Sections

Homme abattu par un policier à Saint-Georges : l’identité de la victime dévoilée


Publié le 11 août 2017

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a quitté la scène de crime, ce matin à 8h40, mais il reste encore beaucoup de travail afin de faire la lumière sur les événements qui ont coûté la vie à Guillaume Bolduc, 25 ans, hier à Saint-Georges.

Selon le porte-parole du BEI, Martin Bonin-Charron, les enquêteurs ont encore plusieurs témoins à rencontrer pour bien comprendre la chronologie des événements. «On a 24h à partir de notre arrivée, c’est-à-dire à 2h ce matin, pour rencontrer les témoins civils de l’événement et 48h pour rencontrer les policiers impliqués. L’idée, c’est d’avoir le plus d’informations possible avant de mener l’entrevue», explique M. Bonin-Charron.

L’état de santé du policier ayant été blessé à la tête est stable. «Les blessures ne mettent pas sa vie en danger», ajoute le porte-parole du BEI. Cependant, il ne peut dévoiler si l’agent de la Sûreté du Québec de la MRC Beauce-Sartigan a pu quitter l’hôpital où s’il s’y trouve toujours.

Le BEI, après avoir terminé l’examen de la scène rédigera un rapport «complet et exhaustif» qui sera transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Ce seront les procureurs de cette instance qui devront porter des accusations contre le policier, s’il y a lieu, puisqu’il y a eu mort d’homme, ajoute Martin Bonin-Charron.

Rappelons que jeudi soir vers 19h, les policiers ont été appelés pour un homme en crise qui s’était immobilisé au centre du boulevard Lacroix à Saint-Georges. À l’arrivée du policier, Guillaume Bolduc, a pris la fuite à la course, poursuivi par l’agent de la Sûreté du Québec. Par la suite, il aurait attaqué le policier avec un couteau le blessant à la tête. C’est à ce moment que le représentant de l’ordre a utilisé son arme de service, atteignant mortellement M. Bolduc, résident de Saint-Georges.