Sections

RenéeRose exposera à Paris


Publié le 6 juillet 2017

RenéeRose peint sur des canevas de bois.

©Gracieuseté

ARTS VISUELS. Peu d’artistes peuvent se targuer d’avoir exposé au Louvre, à Paris. La Lévisienne RenéeRose sera l’une des rares à avoir ce privilège. Son travail, remarqué par la Société Nationale des Beaux Arts, lui permettra de participer au 156e Salon des Beaux Arts qui aura lieu du 7 au 10 décembre.

Cette reconnaissance accordée par ses pairs, des sommités dans le domaine, lui va droit au cœur. Surtout qu’il s’agissait de la première fois qu’elle présentait son dossier de candidature devant le jury. «Ça fait du bien dans la vie d’une artiste. Les expositions ne sont qu’une petite partie de notre travail. Elles comprennent une très importante part de logistique et d’organisation», a-t-elle rappelé.

Lorsqu’elle s’envolera pour la France, RenéeRose sera sur le point de concrétiser l’un de ses plus grands rêves. «Il y a longtemps, quand je travaillais à Paris, j’avais dit à mes collègues qu’un jour j’exposerais au Louvre. Ils m’ont regardée avec le sourire en m'expliquant que les peintres qui sont présentés là, sont décédés. Je leur ai mentionné que je le ferais de mon vivant. Il s’est passé 20 ans depuis ce moment», a-t-elle affirmé. Elle rappelle que certains espèrent cet instant toute leur vie, mais n’y arrivent jamais.

Le Salon accueillera 600 artistes. Parmi eux, certains ont été retenus pour représenter leur pays (une dizaine de nations). C’est le cas pour RenéeRose.

«Ça nous donne un peu plus de visibilité. Nous aurons un endroit plus spécifique et la commissaire de l’exposition choisira une approche visuelle particulière pour qu’on ait un impact de groupe. C’est un tout autre défi.» La délégation canadienne compte 30 artistes.

Technique remarquée

Le travail de RenéeRose se distingue de celui de ses confrères. Elle peint sur différentes essences de bois en utilisant plusieurs techniques, que ce soit l’acrylique ou le pastel.

Ce sont ses portraits d’Amérindiens réalisés sur des surfaces rondes qui ont attiré l’attention du comité de sélection. Pourtant, ce ne seront pas ces œuvres qui seront exposées dans les salles situées sous la grande pyramide de verre.

Ses toiles doivent s’harmoniser avec le travail des autres créateurs avec qui elle a été jumelée. «On m’a dit que je devais produire de nouveaux tableaux qui ont le même caractère, mais sur un support carré. C’est un format prédéterminé et une autre approche», a-t-elle mentionné, tout de même enthousiaste face à ce défi.

Présenter son travail dans un endroit aussi prestigieux est un peu une consécration pour elle. Cependant, elle doit amasser 5200$ pour couvrir les frais d’exposition, de promotion, d’hébergement pour la durée de l’événement et les billets d’avion. RenéeRose est actuellement en campagne de financement sur la Ruche Québec. Elle doit atteindre son objectif d’ici le 17 juillet.