Des anciennes étudiantes de Pointe-Lévy en mission au Burkina Faso

Association Espoir des Jeunes

Raphaël Beaumont-Drouin raphael.beaumont-drouin@tc.tc
Publié le 10 janvier 2017

Alexandra Mcgraw, Clara Trudel, Maude Chenette, Kim Godbout, Julia Quellet et Mireille Jean à leur arrivée au Burkina Faso.

©Gracieuseté.

ÉDUCATION. Cinq anciennes étudiantes accompagnées d'une enseignante de l'école secondaire Pointe-Lévy se sont envolées à destination de la Ville de Pô au Burkina Faso afin de soutenir l'éducation des jeunes dans la région.

Ce qui ne devait être qu'un projet scolaire est devenu une véritable mission pour les cégépiennes. Car même après avoir conclu leur périple au secondaire, Maude Chenette, Julia Ouellet, Clara Trudel, Alexandra Mcgraw et Kim Godbout ont continué à s'impliquer dans le projet qu'elles avaient aidé à démarrer il y a plusieurs années.

L'association qui porte le nom «Espoir des Jeunes»  a pour objectif de favoriser le développement de l'éducation des étudiants burkinabés. 

Durant 17 jours, les étudiantes accompagnées de l'enseignante Mireille Jean aideront dans les écoles ainsi que dans les champs en plus de livrer eux-mêmes les sommes recueillies dans la dernière année. «C'est également une façon de nous assurer que l'argent est utilisé à bon escient», explique le professeur et coorganisateur, Claude Miville.

Après avoir récolté 2000$ en 2014 et 4500$ en 2015, c'est près de 6000$ qui ont été amassés l'année dernière seulement lors du Vélothon de Pointe-Lévy, un record.

Il s'agit d'un troisième périple au Burkina Faso à être organisé par l'instigatrice du projet, Mireille Jean.

Le début d'une tradition

Claude Miville espère que ce voyage d'aide se répète au cours des années et qu'il devienne coutume pour l'école Pointe-Lévy d'aller remettre l'argent en mains propres. Les six femmes reviendront au pays le 24 janvier.

L'éducation est en enjeu majeur au Burkina Faso, où moins de la moitié de la population sait lire et écrire, selon les données de l'UNICEF.