Êtes-vous accro à Facebook? Faites le test!

Journée internationale sans Facebook

Publié le 27 février 2017

Une étude réalisée par l’organisme WeareSocial en 2012 rapportait qu’on passait, en moyenne, 2 heures par jour sur les médias sociaux.

©Gpoint Studio

Il n’y a pas si longtemps, nous réussissions à vivre sans téléphones cellulaires, sans Facebook, sans Twitter et sans Internet… Incroyable, mais vrai !

Aujourd’hui, on se sent démuni sans toute cette technologie. C’est souvent le premier geste que l’on fait en se réveillant le matin, avant même de sortir du lit, on tend le bras à la recherche de notre cellulaire pour voir ce que l’on aurait manqué au cours de la nuit. Accros, je vous dis, nous sommes accros .

Décrochons, juste une journée : le 28 février, c’est la journée internationale sans Facebook. Il existe des journées internationales pour tout et pour rien, mais celle-ci me paraît pertinente. Elle nous fait prendre conscience de la place immense qu’occupe Facebook dans nos vies. Personnellement, je ferai plutôt une journée sans médias sociaux, incluant Twitter, LinkedIn et Instagram. Je dis souvent que je manque de temps pour voir des amis, me détendre, m’entraîner ou cuisiner.

Une étude réalisée par l’organisme WeareSocial en 2012 rapportait qu’on passait, en moyenne, 2 heures par jour  sur les médias sociaux. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les Japonais qui utilisent le moins les médias sociaux (en moyenne une heure) et les Philippins le plus (en moyenne 4 heures). Nous nous situons dans la moyenne.

Des chercheurs se sont intéressés spécifiquement à la dépendance à Facebook et ont développé un test permettant d’évaluer notre propre dépendance, le Bergen Facebook Addiction Scale :

Pour chaque énoncé suivant, répondez par :

  • très souvent
  • souvent
  • parfois
  • rarement
  • très rarement

1. Vous passez beaucoup de temps à réfléchir à propos de Facebook ou vous planifier une utilisation de Facebook

2. Vous sentez une forte envie d'utiliser de plus en plus Facebook

3. Vous utilisez Facebook pour oublier des problèmes personnels

4. Vous avez essayé de réduire l'utilisation de Facebook sans succès

5. Vous devenez agité ou troublé si on vous interdit d'utiliser Facebook

6. Vous utilisez tellement Facebook, que cela a un impact négatif sur votre travail ou vos études.

Si vous obtenez quatre fois ou plus « très souvent » ou « souvent », il y aurait de fortes chances que vous ayez une dépendance à Facebook.

Ceci dit, que l’on soit dépendant, utilisateur régulier ou occasionnel, pourquoi ne pas profiter de cette journée sans Facebook pour faire des activités sans écran : jouez à des jeux de société, allez marcher, jouez dans la neige avec les enfants, cuisinez, bricolez, lisez... Bref, faites une activité qui vous fait du bien ou même rien du tout ! Comme mon fils me le rappelle souvent, les écrans ce n’est pas bon pour notre cerveau.

Émilie Dansereau, chargée des dossiers Saines habitudes de vie à l'Association pour la santé publique du Québec

Plus d'infos en cliquant ici