Sections

Glenn Losier investit dans sa santé

Après avoir pesé 270 livres


Publié le 9 août 2017

Glenn a été très persévérant.

©Photo TC Media- Louis-Antoine Lemire

DÉPASSEMENT DE SOI. Le 30 décembre 2015 demeure une journée marquante pour le conseiller financier Glenn Losier.  À ce moment, le résident de Cap-Rouge faisait osciller la balance à 270 livres. Comme l’homme de 48 ans ne voulait pas vieillir obèse, il a décidé de se prendre en main afin de profiter de la vie au maximum.

Grâce à Isabelle et Cloé, Glenn a passé d’un pourcentage de gras de 30 à 11%.
Photo TC Media- Louis-Antoine Lemire

De son propre aveu, M. Losier estime qu’il s’est laissé aller pendant quelques années. «Quand j’ai atteint 240 livres, je me disais que j’allais être capable d'en perdre un peu. Cependant, je mangeais au restaurant une douzaine de fois par semaine sans me soucier du mets que je commandais», raconte-t-il. Ce dernier avait si peu d'énergie qu'il avait envie de faire une sieste à 15 heures.

Glenn Losier était beaucoup plus gros auparavant.
Photo gracieuseté Glenn Losier

Incapable de courir pendant plus d'une minute et ayant un taux de gras à 30%, Glenn Losier a pris la décision de changer de mode de vie. Après un mois de réflexion, il a décidé de s'inscrire au gymnase où il tenait mordicus à être suivi par des professionnels afin de perdre 50 livres, son premier objectif. Comme il côtoyait son entraîneure, Cloé Mathieu, sur une base hebdomadaire, il a progressé rapidement. «C'est facile travailler avec Glenn, car je peux lui dire n’importe quoi et il le fera. C'est un homme déterminé et à l'écoute», décrit-t-elle. Pour que son client atteigne ses objectifs, la kinésiologue de Zone Rouge a bâti un programme qui comprend une combinaison de musculation et d’exercices cardiovasculaires.

Glenn ne pourrait pas se passer d'Isabelle et de Cloé.
Photo TC Media Louis-Antoine Lemire

Pour ce qui est de la nourriture, la nutritionniste de l'endroit, Isabelle Morin, travaille davantage avec les aliments plutôt qu'avec des suppléments alimentaires. «Dans un contexte de perte de poids, ce sont les habitudes au quotidien qui font la différence. Je m’attarde sur la composition des repas ainsi que sur les portions pour qu’il y ait un bel équilibre. Également, je m'adapte à son plan d’entraînement afin de nourrir la demande de son corps», rapporte-t-elle. «Les deux filles m’apportent beaucoup. Je serais incapable de me passer d’elles», assure le quadragénaire.

Homme actif

Glenn Losier n’a jamais aimé courir. Cependant, certaines personnes lui ont dit que cette activité pourrait être bénéfique dans sa perte de poids. «Je courais à 8 km/h sur le tapis roulant et j’étais essoufflé au début. Au fil du temps, j’ai commencé à y prendre goût et je me suis lancé des défis.» Ce dernier a couru son premier 10 km en maintenant une cadence de 7 minutes 29 secondes du km en 2016. «C’était très lent, mais j’étais fier de moi. À partir de là, je me suis dit que je devais m’améliorer.» Dans quelques semaines, il prendra part au demi-marathon SSQ Lévis-Québec. «Je suis stressé, car le parcours est ardu et tous mes proches savent que j’y participe. Mon objectif est de franchir la ligne d’arrivée en deçà de deux heures».

Glenn Losier envisage de faire un marathon l'an prochain. Même s'il qualifie cet exercice physique de difficile, il considère que le sentiment de bien-être que cela lui procure est incroyable. «Je me rappelle toujours que je n’étais pas capable de courir pendant une minute avant», conclut-il.