Sections

Des américains découvrent L'ADOberge


Publié le 11 août 2017

Le groupe a pu échanger en mangeant des crêpes.

©Photo TC Media – Louis-Antoine Lemire

SOCIÉTÉ. Sept aspirants policiers ou experts en scène de crime américains, ont visité L'ADOberge dans le cadre d'un programme d'échange entre le Campus Notre-Dame-de-Foy (CNDF) et l'Université du Mississippi, ce matin.

Une visite des lieux a été organisée.
Photo TC Media – Louis-Antoine Lemire

«Nous souhaitions que nos Voisins du Sud aient une vision de notre système de justice», résume le policier à la retraite et membre du conseil d'administration de L'ADOberge, Alain Gelly. Lors de leur passage, les apprentis policiers ont visité plusieurs endroits, dont le laboratoire de police scientifique, le poste de police de la Ville de Québec, le Centre jeunesse de Chaudière-Appalaches, le pénitencier de Donnacona, la Chambre des Communes et l'Assemblée nationale. «Nos hôtes ont pu constater que nous mettons l'accent sur la réhabilitation au Canada. Chez eux, la répression est beaucoup plus présente», fait valoir l'enseignant au CNDF.

Des employées de L'ADOberge ont concocté les crêpes.
Photo TC Media – Louis-Antoine Lemire

William Washington, qui en était à son premier séjour au Canada, a rapidement constaté les différences entre les deux pays. «Plusieurs personnes sont incarcérées dans notre patelin. Oui, il y a un peu de réhabilitation, mais elle est beaucoup moins importante», remarque-t-il. Sans pouvoir dire quel est le meilleur système de justice, M. Washington convient que les États-Unis pourraient s'inspirer du Canada pour que les cas plus problématiques deviennent  des citoyens actifs dans leur société.

William est tombé en amour avec la poutine et il aurait aimé en ramener chez lui.
Photo TC Media – Louis-Antoine Lemire

De son côté, Ashley Burns a mentionné qu'elle a adoré son premier voyage au Canada. «La météo était superbe et j'ai pu acquérir plein de connaissances.» Contrairement à certains individus, les deux Américains ne voient pas de différence en ce qui concerne la justice depuis que Donald Trump a remplacé Barack Obama à titre de président.

Casser la croûte

Lors de leur arrêt à Saint-Jean-Chrysostome, les Américains ont pu vivre le bon matin de L'ADOberge, permettant ainsi aux personnes d'échanger entre eux tout en dégustant des crêpes, qui ont été préparées par deux employées du regroupement. Également, les apprentis policiers ont visité la maison et ont pu en apprendre plus sur la mission de l'organisation. «L'objectif était de leur démontrer notre approche préventive», rapporte l'intervenante à L'ADOberge, Josiane Thibodeau. Rappelons que L'ADOberge héberge des adolescents âgés de 12 à 17 ans de partout en Chaudière-Appalaches. Ceux-ci peuvent avoir des problèmes familiaux, d'estime de soi, ou de consommation.