Sections

La prescription du dépassement de soi

Publié le 13 juillet 2017

Dr Jean-François Bégin à son bureau de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

©(Photo TC Media - Geoffré Samson)

Par Geoffré Samson

Depuis 2015, le Dr Jean-François Bégin a repoussé ses limites en parcourant 1545 km dans 5 déserts, sur 5 continents, seul. Il s’était donné l’objectif d’amasser des fonds pour le futur Centre régional intégré en cancérologie, de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

Le chirurgien orthopédiste s’est donné le défi de courir ses ultramarathons, les uns à la suite des autres. Son aventure d’« Opération Désert 5 » a débuté en septembre 2015 où il a bravé une distance de 273 km en Utah et le désert de l’Arizona (États-Unis). Huit mois plus tard, il courait 230 km dans le désert du Sahara, au Namibie (Afrique). En juin 2016, il a difficilement affronté les 250 km du désert de Gobi (Asie). « Nous avons dû courir dans une chaleur intense de 53 degrés Celsius, ce qui causait de la déshydratation et des coups de chaleur. J’ai été un des rares à terminer la course », explique Jean-François Bégin. Une cinquantaine de coureurs ont d’ailleurs été évacués lors d’une tempête de sable.

Quelques mois plus tard, le médecin a parcouru 223 km en Antarctique. Cette course dans la neige fut relativement pénible, suite à une blessure à une cheville 9 semaines plus tôt. « Mon combat sera difficile et douloureux, mais celui des gens pour qui je cours l’est mille fois plus », avait exprimé le Dr Bégin sur son blogue en septembre 2016.

Sa dernière course était en Australie, au mois de mai dernier. « Contrairement à la Chine où ce fut un défi physique, les 522 km australiens furent souffrants mentalement, spécialement la 9e étape où j’ai regardé le diable dans les yeux quelques fois », a exprimé le médecin.

Le voyage en Océanie a été fait en compagnie de sa conjointe, Marie-Claude Tardif, qui a été bénévole lors de la course. Elle peut d’ailleurs témoigner de cette souffrance que son amoureux a vécue. « Jeff n’était plus là à la fin, il m’a dit qu’il a trouvé sa limite et qu’il avait terminé », a partagé Marie-Claude.

Enseignante au primaire, l’expérience pédagogique de Mme Tardif lui a permis de cibler ce qui était nécessaire pour faire terminer la dernière étape au docteur. Elle ajoute qu’« il était assis par terre pendant la course, à enlever le sable dans ses espadrilles. Je lui ai dit qu’il avait le choix de s’arrêter maintenant, ou qu’il pouvait me suivre jusqu’à la fin ».  

Marie-Claude a couru les 34 derniers kilomètres aux côtés de son copain, franchissant la ligne d’arrivée ensemble.

Une préparation d’un an fut requise à la professeure pour s’absenter en fin d’année scolaire. En proposant un programme lié à son périple, dédié à sa classe de première année, la commission scolaire a donné son aval. Un journal-voyageur a été remis à ses 22 élèves en septembre 2016, et leur aventure « En route vers l’Australie » débutait. Cette initiative préparait les enfants à cette absence de 3 semaines de leur enseignante, en y apprenant le nom des villes et pays du monde entier.

Sportif depuis quelques décennies,  Jean-François Bégin court activement depuis 2011, il dit avoir eu la piqure. Il entreprendra l’Ultra-Trail Harricana de Charlevoix en septembre prochain. Pour cette course de 125 km, le chirurgien courra pour lui-même, mais dit ne pas être fermé à s’associer à une autre cause.

Suite à ses courses, le Dr Bégin dit que ses expériences ont changé sa vie, tant professionnelle que personnelle. « En salle d’opération, je ne gère plus les défis et les stress de la même façon. Pour ce qui est de ma famille, maintenant, je me considère un papa plus cool, et ça se ressent », a ajouté le médecin.

Il est encore possible de donner pour la cause au www.fhdl.ca/activites/operationdesert5/. L’objectif que la Fondation de l’Hôtel-Dieu de Lévis lui avait fixé était de 150 000$. À ce jour, Opération Désert 5 a permis d’amasser près de 65 000$. « C’est ma seule déception de toute cette belle et grande aventure », conclut Jean-François Bégin.