Vaste campagne pour le logement communautaire

Mélanie Labrecque melanie.labrecque@tc.tc
Publié le 10 mars 2016

Alain Marcoux, vice-président de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec.

©TC Media - Mélanie Labrecque

COMMUNAUTÉ.L’Association des groupes de ressources techniques en habitation a lancé, à travers la province, une vaste campagne publicitaire visant à sensibiliser la population et le gouvernement à l’importance des logements communautaires pour la société.

Elle veut montrer les véritables impacts qu'elles ont sur la population. «Ce sont des gens qui disent haut et fort que leur vie est maintenant meilleure et plus facile. Ils sont plus heureux et ont de meilleures conditions de vie», a fait savoir le vice-président de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec, Alain Marcoux.

Actuellement, ces organismes doivent vivre avec les coupes gouvernementales dans le financement des logements communautaires. Il a été amputé de moitié.

«Le gouvernement doit réaliser qu’il ne peut se passer d’un outil aussi efficace que l’habitation communautaire. Deux études de la Société d’habitation du Québec (SHQ) démontrent qu’il y a des économies annuelles de 130 M$ sur les soins de santé», a poursuivi M. Marcoux. D’ailleurs, il espère que le gouvernement en tiendra compte dans le budget qu’il doit déposer le 17 mars. 

«Le regroupement fait en sorte de démontrer la pertinence de construire des logements communautaires. À Lévis, on a décidé de travailler ensemble pour répondre aux besoins de la population. Depuis plusieurs années, la ville s’est engagée à soutenir le logement social et communautaire avec plus de 125 unités par année, depuis cinq ans», a enchaîné, le directeur général de l’Office municipal d’habitation de Lévis, François Roberge.

Pour les secteurs de Lévis, Bellechasse, Lotbinière et le nord de la Beauce, ce sont un peu plus de 350 unités de logement qui sont en attente de financement auprès de la SHQ. Au Québec, il y en a 10 000.

«Dans notre milieu, on ne fait pas seulement de la pierre, on travaille avec des humains. Les habitations que nous construisons ce sont des milieux de vie qui permettent aux résidents de participer activement à notre collectivité»

Le regroupement n’est pas seul dans son combat. Il a aussi l’appui des députés provinciaux Marc Picard et François Paradis en plus des élus de la Ville de Lévis qui souhaitent le maintien des acquis.

Du côté de la Ville, la réalisation de logements communautaires permettra, entre autres, de revitaliser les secteurs traditionnels.

Plus de détails sont disponibles au onenabesoin.quebec